• Photo ancienne du centre
  • Curé joue aux quilles
  • Gymnastes en formation
  • Les Bel-Air
  • Les fermières et Mgr Marcoux

La petite histoire du Centre

Depuis sa construction au début des années ‘60, le Centre Mgr Marcoux a toujours été un organisme profondément enraciné dans son milieu et très proche des gens du quartier. Pour plusieurs, sa présence ranime plein de beaux souvenirs: souvenirs de jeunesse, souvenirs des premières amours, souvenirs de la campagne qui recule devant la ville qui l’envahit.

Le paysage était alors bien différent : l’actuelle avenue Maufils était tracée dans le lit d’une petite rivière; passé la rue Desroches, il y avait le «Petit bois des frères», véritable jungle pour les jeunes du quartier qui venaient y jouer aux cowboys après l’école. Le chemin de la Canardière était «La grande artère», avec son tramway; au coin de l’avenue d’Estimauville trônait fièrement «Le Roi de la patate frite», rendez-vous des amateurs. L’Hôpital de l’Enfant-Jésus, déjà bien établi, était entouré de vergers et d’arbres centenaires.

À la fin de la guerre, une véritable frénésie de la construction s’empara du quartier : on défricha, traça des nouvelles rues, allongea celles qui existaient et on construisit des maisons pour la classe ouvrière. La paroisse Saint-Charles de Limoilou devenue trop étendue, on décide de fonder en 1923 une nouvelle paroisse, Saint-Pascal-Baylon. Une première église «temporaire » y fut érigée en 1924. L’église actuelle a été construite de 1946 à 1949.

Dès le moment où la nouvelle église fut prête, l’ancienne église servit de salle paroissiale: on y allait au cinéma pour 10 cents. Dans les années 50, on y installa une prématernelle. De vieux couples de St-Pascal nous parlent avec émotion de leur mariage dans cette petite église. Mais la jeunesse avait peu d’endroit où se réunir, où s’amuser dans la paroisse. C’était une grande préoccupation du nouveau curé, arrivé en 1946, monsieur l’abbé J. Alphonse Marcoux. Après cinq années comme aumônier militaire, on le récompensa en le nommant «Monseigneur» en 1957. Monseigneur Marcoux, homme volontaire et décidé, persuada la Fabrique de créer un local pour la jeunesse. C’est bien connu : «L’oisiveté est la mère de tous les vices»! Une contribution monétaire fut décrétée pour tout paroissien ayant salaire. Une armée de bénévoles allait de porte en porte pour s’assurer que tous faisaient «leur devoir». C’est ainsi qu’une somme de 106 000 $ fut amassée pour la construction du Centre.

Au départ, le Centre devait se situer au coin de l’avenue Champfleury et de la rue De Grandville. Les voisins se sont plaints et ont réussi, grâce à leur influence, à faire tomber le projet. Le deuxième emplacement choisi pour la construction du Centre était situé au coin de la rue Desroches et de l’avenue Champfleury, mais l’emplacement n’était pas assez grand. Il a également été envisagé de construire un Patro à l’emplacement actuel des piscines du Parc Bardy mais ce projet n’a pas fonctionné. Après plusieurs discussions, l’emplacement retenu se situe tout juste à côté du presbytère, endroit facile à surveiller par les autorités religieuses de l’époque. Le Centre Mgr Marcoux fut inauguré le 27 septembre 1963

Au départ, il était prévu que le Centre ait une piscine. Mais la nature en a décidé autrement. Les travaux d’excavation réalisés ont permis de découvrir une ancienne rivière. « On avait une piscine… mais pas celle qu’on désirait ». La piscine a donc été remplacée par un salon de quilles. Dès l’ouverture du nouveau Centre, les activités se sont rapidement organisées. Deux ligues de quilles ont été formées: celle d’Hydro-Québec et celle des loisirs St-Pascal. Mentionnons qu’à cette époque, c’étaient des jeunes qui plantaient les quilles.

Du côté des sports, une équipe de gymnastes chevronnés a vu le jour. Des bénévoles dessinaient et cousaient les costumes qui faisaient fureur lors des compétitions et des concours. Plusieurs cours étaient aussi offerts au Centre : judo, danse, tricot, tir à l’arc, peinture. Plus tard, on a mis sur pied un Club de l’âge d’or et un Cercle des fermières qui, comme les Scouts, avaient établi leurs quartiers généraux à l’intérieur du centre communautaire.

Le quartier étant riche en talents musicaux, on y a vu fleurir de nombreux groupes : les Bel Canto, les Bel Air, les Millionnaires, les Habits Jaunes et les réputés Hou Lops qui ont fait danser avec frénésie une jeunesse bien vigoureuse devant des adultes stupéfaits de voir ces danses «barbares». Avec le concours de Télé-4, des soirées animées par la station mobile «Allez 4», sans alcool et bien chaperonnées, ont été organisées.

Fidèle à la vocation communautaire du Centre Mgr Marcoux, les salles étaient fort utilisées pour toutes sortes d’occasion: réceptions de mariage ou d’après-funérailles, réunions de familles, baptêmes, ateliers de formation, réunions syndicales et rencontres diverses.

Le Centre Mgr Marcoux aujourd’hui

Au fil des ans, le Centre Mgr Marcoux a élargi ses pistes d’intervention en intégrant un volet communautaire. Soutenus par le comité «Opération de Quartier», les gens du milieu ont été invités à prendre la parole. De cette démarche sont nés divers projets comme les cuisines collectives, « l’AdoZone », les matins gigote, le groupe d’achats, la salle d’entraînement communautaire, etc. De plus, plusieurs activités et projets ont vu le jour pour soutenir l’intégration des nouveaux arrivants issus des communautés culturelles dans le quartier. Pensons notamment aux ateliers de français qui sont maintenant offerts aux nouveaux arrivants.

Le Centre communautaire accueille maintenant en moyenne plus de 3 000 personnes par semaine, soit plus de 156 000 présences annuellement. Des citoyens de tous les âges sont rejoints par le Centre, des aînés aux tout-petits, en passant par les adultes, les adolescents et les familles. Pour toutes ces personnes, le Centre Mgr Marcoux est un endroit où ils peuvent se divertir, rencontrer des amis, s’informer, actualiser leurs connaissances sur différents sujets. Ils viennent s’entraider et briser leur isolement.

Un centre communautaire de loisirs dans un quartier, c’est une richesse, un point d’ancrage, un tremplin pour le développement d’une communauté. Son action est soutenue par une importante implication bénévole de personnes du milieu et de divers organismes communautaires, municipaux et commerciaux.

Dirigé par un conseil d’administration autonome, le Centre Mgr Marcoux, est un organisme profondément enraciné dans son milieu. Malgré les changements qui s’annoncent, notamment en ce qui concerne son éventuel déménagement, ses dirigeants ne perdront jamais de vue que c’est avant tout l’œuvre des citoyens et que ce cœur doit continuer de battre.

  • CMM en construction
  • bricolage enfants
  • Une soirée de bingo
  • Banquet 3
  • 1e chapelle
  • cours de démarche
  • Église et chapelle
  • rue Chamfleury 1938
  • construction nouvelle église
  • gymastique jeunes
  • Gymnastique 1
  • judo
  • Les Millionnaires
  • macramé
  • Mariages
  • Photo age d'or
  • salle musculation
  • Tir à l'arc 2